Fabrication du sel

Au sud-ouest de l'île, bordant la route à l'entrée du village de Tamarin, au pied de la montagne de la Tourelle, Les salines forment un véritable damiers en pavés de pierres volcaniques

Ces salines,parmis les plus anciennes de L'Ile Maurice, remontent à la période Francaise lorsque le sel était d'une importance vitale notamment pour la conservation de la viande à bord des navires.Ainsi depuis deux siècles, les salines ont conservé leur méthodes artisanales.

Pour se faire, l'eau de mer est pompée puis deversée dans une série de bassins argileux peu profonds. Au fur et à mesure qu'elle circule dans les parcelles en argile ,les chauffoirs, elle se transforme sous l'action du vent et du soleil en solution aqueuse appelée saumure. Elle est enfin conduite dans les cristallisoirs ou oeuillets pour former des cristaux de sel. La fleur de sel y est aussi récoltée.

Dès l'aube, les saunières en bottes, chapeaux de pailles et gants en cahoutchouc, brossent le sel pour constituer des petites pyramides. Puis, elles remplissent les paniers à l'aide d'une pelle et les portent jusqu'aux magasins (bâtiments de stockage )

La production de gros sel est d'environ 1000 tonnes par an. Quant à la fleur de sel qui est plus sensible aux conditions météorologiques,elle tourne autour de 3 tonnes.

Les grandes récoltes s'etendent du mois de septembre à décembre et, sont ralenties par les mois pluvieux de Janvier à Mai où se fait l'entretien des salines.La reprise se fait timidement au début de l'hiver en juin.

Les Salines de Tamarin sont une étape incontournable du tour de l'île.Son spectacle rare enchante les touristes amateur d'authenticité.